Vanessa: En premier lieu,, félicitations pour avoir atteint la finale du SEF Award. Vous étiez parmi les trois finalistes dans la catégorie Production/Commercial. Un vrai succès... 

Carlo: Certainement et merci beaucoup pour les félicitations. Bien sûr, cela aurait été bien de gagner. Mais nous étions parmi les neuf derniers finalistes sur environ 200 candidats. En attendant, nous sommes fiers de cet accomplissement et sommes reconnaissants pour avoir eu la chance de vivre une telle expérience.

Vanessa: Comment en êtes-vous venus à participer au SEF Award ? Était-ce  toujours un de vos rêves ? 

Carlo: Pas vraiment, nous sommes plutôt critiques à l'égard de la participation aux prix. On y met souvent beaucoup de travail pour au final souvent ne rien gagner  Cette fois a été différente (rires). Nous n'avons de nouveau pas gagné mais dans ce cas, cela en valait totalement la peine. 

Vanessa: Pourquoi avez-vous décidé de poser votre candidature ? 

Carlo: Nous avions sur notre table depuis plusieurs années l'enveloppe pour une éventuelle inscription. J'ai finalement été convaincu par Patrick Karrer, un ami qui travaille au SEF. En tant qu'équipe, nous avons décidé  de faire le moins d'efforts possible pour le prix et ne négliger en aucun cas nos activités quotidiennes. 

Vanessa: Mais alors, il était probablement impossible de ne pas faire d’effort, n’est-ce pas ? 

Carlo: Pas tout à fait (rires). Le processus de sélection a en fait pris quelques mois, mais il était super organisé, très professionnel et nous l'avons trouvé très agréable dans l'ensemble. 

Vanessa: Voulez-vous donner des détails sur le déroulement de la sélection ? Y a-t-il eu plusieurs tours ? Comment faut-il imaginer l'ensemble ? 

Carlo: Oui, c'est ça. La première étape consistait à s'inscrire dans un outil en ligne et à répondre à quelques questions sur l'entreprise, l'USP, les stratégies de croissance, etc. Une première sélection a ensuite été effectuée et une soixantaine de candidats ont été choisis parmi les quelque 200 candidatures initiales du premier tour. Dans un deuxième temps, le même outil a été utilisé pour demander une demande détaillée, qui contenait un dossier commercial, le pitch deck, c'est-à-dire le programme complet. 

Vanessa: Intéressant . Vient maintenant la partie où le jury nous rend visite dans notre bureau de Glattbrugg et vous aviez dû au préalable bouleverser la moitié du bureau? 

Carlo: Absolument. Début mars, juste avant le confinement, la section d’une vingtaine de membres du jury est venue dans nos bureaux.Jonathan et moi avons fait le tour du bureau pendant 60 minutes, présenté l’entreprise et répondu aux questions du jury. Comme vous l'avez dit à juste titre, nous avons ultérieurement nettoyé et rangé l’entrepôt. Ainsi, nous avons pu échanger la grande salle d’entrepôt avec la petite salle de réunion et créer l'espace adéquat pour recevoir nos invités. 

Vanessa: On ne peut vraiment pas nous accuser de manquer d'engagement ici. Je me souviens bien de la façon dont nous avions transpiré (rires). Que s'est-il passé ensuite ? 

Carlo: Après quelques semaines, il était clair que nous étions parmi les neuf derniers finalistes et nominés avec reCircle et Lunaphore dans la catégorie Production/Commercial. Nous avons été invités à Berne en mai et avons dû faire face au jury principal, qui comprenait des personnes comme Monika Ribar (présidente du conseil d'administration des CFF), Caspar Coppetti (fondateur d’On AG), Alain Conte (Direction UBS Suisse) et bien d'autres encore. 

Vanessa: La décision que vous ayez gagné ou non avait été prise dès lors, n’est-ce pas ? 

Carlo: C'est exact. Mais bien sûr, les informations n'ont été partagées qu'au SEF.